Réalisateurs — 20 janvier 2017 at 14 h 06 min

Mani Haghighi

_directorhaghighipos19500686_046a4a79_NEW_NEW

1969, Téhéran

Réalisateur, acteur, scénariste

Petit-fils d’Ebrahim Golestan, Mani Haghighi est le fils de Lili Golestan, traductrice et auteur iranienne, et de Ne’mat Haghighi, cameraman de cinéma. Né dans une famille d’artistes, il a 10 ans lorsque la révolution de 1979 éclate. Comme il le souligne lui-même : « l’association de ma rébellion naissante avec la colère de la population ont abouti à une adolescence plutôt intense ». Il fait ses études au Appleby College à Ontario et obtient un diplôme en philosophie de l’Université McGill en 1991, il poursuit ses études dans la même discipline à l’Université de Guelph jusqu’en 1997 et entame des études culturelles à la Trent University dont il sort diplômé en 2000. Ses études terminées, il retourne en Iran et commence une carrière dans le cinéma d’acteur, de scénariste et de réalisateur.

Son premier long métrage, Abadan (2003), a été présenté pour la première fois au festival de TriBeCa. Il a co-écrit le scénario de La Fête du feu d’Asghar Farhadi (2006), qui a gagné le Prix Spécial du Jury au festival des 3 Continent de Nantes, devenant le premier film d’Asghar Farhadi à être distribué en France.

Son deuxième long métrage, Men at Work co-écrit avec Abbas Kiarostami et présenté au forum de la Berlinale en 2006, et remporte le prix du meilleur scénario aux Asian Film Awards de Hong Kong de 2007. Ce road-movie statique rassemble plusieurs tête d’affiche du cinéma iranien. Canaan (2008), basé sur une nouvelle d’Alice Munro sera suivi de deux documentaires sur le célèbre réalisateur iranien, Dariush Mehrjui : Hamoon’s Fans (2007), au sujet de six fans iraniens du film Hamoon (1989), et Dariush Mehrjui : The Forty Year Report (2012), qui traite de la carrière du réalisateur.

Son quatrième long métrage, Modest Reception, présenté au forum de la Berlinale de 2012, a reçu le prix NETPAC, le Free Spirit Award du festival du film de Varsovie, les prix du meilleur inter^rète masculin pour Mani Haghighi et de la meilleure interprète féminine pour Taraneh Alidousti au Festival CINEFAN de New Delhi ainsi que plusieurs autres distinctions internationales. Tourné dans les montagnes du Kurdistan, le film met en scène un couple venu de Téhéran (la plaque d’immatriculation de leur véhicule montre qu’ils viennent du quartier de Behesti (Le Paradis)), qui distribue des billets de banque aux habitants en échange d’une vidéo où ils reconnaissent avoir reçu cette somme. Commencé dans la joie, le film prend des accents de plus en plus sombres avec la tombée de la nuit.

Plongé au mitan des années 60, au lendemain de l’assassinat du premier ministre Hassan Ali Ansari, Valley of Stars permet à Mani Haghighi de tisser les fils d’une intrigue policière et politique teintée de fantastique où il interprète son propre rôle en revenant notamment sur la réalisation du film de son grand-père, La Brique et le miroir (1965). En tant qu’acteur, Mani Haghighi a également joué dans À propos d’Elly (2009) d’Asghar Farhadi et Melbourne de Nima Javadi (2014).

FILMOGRAPHIE :

Long métrages

Valley of Stars, 2016.

Modest Reception, 2012.

Canaan, 2007.

Men at Work, 2006.

Abadan, 2003.

// Scène de Men at Work (2006).

// Scène de Modest Reception (2012).

// Bande annonce de Valley of Stars (2017).